PROFIL INSTANTANÉ D'UNE JOURNÉE DES JEUNES AUTOCHTONES SOUS GARDE AU CANADA

Chapitre 5 - Ontario (suite)

5.3 Données démographiques

En Ontario, les trois quarts des jeunes Autochtones (75 %) sous garde durant la journée du profil instantané étaient de sexe masculin. Le schéma 5.2 et le tableau 5.1 (voir les tableaux à la fin du chapitre) montrent la répartition selon le sexe et l'âge des jeunes Autochtones sous garde le jour du profil instantané. La plus grande proportion de jeunes Autochtones étaient âgés entre 16 et 17 ans (45 %), venaient ensuite les jeunes âgés entre 14 et 15 ans (37 %), ceux de 18 ans et plus (13 %) et les jeunes de 12 à 13 ans (5 %). L'âge moyen était de 16 ans.

Les jeunes Autochtones de sexe masculin tendaient à être plus âgés que les jeunes Autochtones de sexe féminin. Les garçons se trouvaient plus souvent dans le groupe des 16 à 17 ans (47 % par rapport à 40 % pour les filles), alors que les jeunes de sexe féminin étaient plus nombreuses dans le groupe des 14 à 15 ans (53 % par rapport à 31 % pour les garçons).

Schéma 5.2 - Répartition selon l'âge et le sexe des jeunes Autochtones sous garde le jour du profil instantané

Schéma 5.2 - Répartition selon l'âge et le sexe des jeunes Autochtones sous garde le jour du profil instantané
[Description du Schéma 5.2]

Données manquantes pour 13 jeunes.
Source : Profil instantané d'une journée des jeunes Autochtones sous garde (2001).
Préparé par la Division de la recherche et de la statistique, Justice Canada.

Pratiquement tous les jeunes (97 %) ayant déclaré leur origine autochtone étaient membres des Premières nations ou étaient des Autochtones d'Amérique du Nord, alors que 2 % étaient des Métis. Les données sur l'origine autochtone étaient manquantes ou inconnues pour 14 % des répondants (N = 47). Parmi les jeunes ayant déclaré faire partie des Premières nations/Autochtones d'Amérique du Nord, 88 % étaient des Indiens inscrits (voir le tableau 5.1).

Pratiquement tous les jeunes Autochtones parlaient anglais (94 %), alors que 28 % étaient bilingues (p. ex., ils parlaient aussi une langue autochtone, comme le mi'kmaq, le cri, etc.) (voir le tableau 5.1).

Date de modification :