La violence est inacceptable peu importe la culture : les Inuits

Qu'entend-on par mauvais traitements?

« Je croyais que ce qu'il faisait était normal… Tout le monde en était victime et ma mère est passée par là… Nous n'en avons jamais discuté. »

Vous êtes victime de mauvais traitements lorsqu'on vous fait du mal, vous frappe ou vous maltraite.

Les mauvais traitements peuvent être le fait de n'importe qui : votre mari, votre petit ami, votre frère, votre sœur, un cousin, un oncle, un de vos parents ou beaux-parents, ou même un de vos enfants adultes.

Les mauvais traitements peuvent découler d'un geste isolé ou d'un comportement qui se répète. Ce peut être des gestes, des mots ou même de la négligence.

Les mauvais traitements sont inexcusables, et les tolérer ne fait pas partie de la culture et des valeurs inuites.

Maltraiter est aussi un crime la plupart du temps.

« Je crois que dans bien des cas, personne ne sait que c'est un crime. »

La violence physique, c'est faire mal à votre corps, délibérément et contre votre volonté :

  • arracher les cheveux
  • secouer
  • tirer un coup de feu
  • frapper
  • donner un coup de pied
  • asphyxier
  • mordre
  • poignarder
  • gifler
  • graffigner
  • pincer

Ce sont des crimes.

Les agressions sexuelles sont des attouchements ou une activité sexuelle que vous ne voulez pas :

  • être embrassée, caressée ou forcée d'avoir une relation sexuelle avec votre partenaire quand vous ne le voulez pas, même si c'est votre mari
  • le fait que l'autre personne ne vous respecte pas quand vous dites « non ».

Les agressions sexuelles, c'est aussi :

  • avoir des relations sexuelles avec vos enfants, petits-enfants, frères, sœurs
  • ou quand un enfant est trop jeune pour donner son consentement : moins de 16 ans (sauf si les deux partenaires ont à peu près le même âge), moins de 18 ans (quand l'autre partenaire est un moniteur de loisirs, par exemple)
  • ou lorsqu'un enfant de moins de 18 ans est mêlé à de la pornographie ou à la prostitution (y compris les activités sexuelles en échange de drogue, d'alcool, etc.).

« J'ai tellement honte… mais si je ne le fais pas, il me jettera dehors… où vont aller mes enfants? »

La violence psychologique, c'est vous manipuler, vous effrayer, vous isoler ou miner votre dignité.

Certains actes peuvent être des crimes :

  • menacer de vous tuer ou de vous blesser, vous ou une personne que vous connaissez
  • briser vos effets personnels ou faire mal à votre animal de compagnie, ou menacer de le faire
  • vous suivre dans vos déplacements et vous épier sans arrêt, de manière à menacer votre sécurité ou celle d'un proche (aussi appelé harcèlement criminel).

Ce sont des crimes.

Il y a d'autres formes de violence psychologique qui ne sont peut-être pas des crimes, mais qui peuvent quand même blesser et qui pourraient mener à des actes criminels plus tard.

Personne ne devrait vous insulter et vous rabaisser, ni même crier après vous et vous dire que vous ne valez rien.

Les parents ont l'obligation de prendre soin de leurs enfants et de les protéger contre des personnes qui pourraient leur faire du mal ou contre les activités qui pourraient être dangereuse. Mais personne — adulte ou enfant — ne devrait vous dire où vous pouvez aller et qui vous pouvez fréquenter ; personne n'a le droit de vous empêcher de voir vos amis et votre famille ou de participer à des activités sportive, peu importe la situation.

La violence psychologique est grave. Les blessures intérieures peuvent prendre beaucoup de temps à guérir.

« C'est de ta faute si j'ai déchiré tes vêtements. Je t'observe… je sais que tu cours après d'autres hommes. »

L'exploitation financière, c'est prendre ce qui vous appartient pour son propre profit.

Certaines formes d'exploitation financière peuvent être des crimes, par exemple :

  • s'approprier votre chèque de paye ou de pension
  • imiter votre signature pour encaisser votre chèque sans vous le dire
  • vous voler
  • ne pas vous fournir la nourriture, le logement, les vêtements ou les soins médicaux dont vous, vos enfants de moins de 16 ans ou un autre membre de votre famille dont vous avez la charge avez besoin.

Il y a d'autres formes d'exploitation financière qui ne sont peut-être pas des crimes, mais qui peuvent quand même blesser et qui sont inacceptables :

  • exercer des pressions pour que vous partagiez votre maison ou votre voiture, ou pour que vous gardiez vos petits-enfants quand vous ne voulez pas
  • refuser que vous gardiez de l'argent.

« C'est moi qui décide si tu peux garder de ton argent cette semaine. Et je te l'ai dit : tu ne peux pas aller chez tes parents. Pas étonnant que tout le monde te déteste, tu n'es qu'une grosse vache inutile! »

Les mauvais traitements, c'est quand quelqu'un …

  • tente de vous manipuler ou de vous isoler en vous faisant peur
  • exerce un pouvoir sur vous en vous faisant sentir confuse, coupable, honteuse ou inquiète de ce qui va arriver
  • vous empêche de partir quand vous ne voulez pas rester
  • vous fait taire.

On ne peut justifier les mauvais traitements simplement parce que…

  • quelqu'un a perdu le « contrôle », était ivre ou intoxiqué,
  • ou parce que vous avez dit ou fait quelque chose.

« Je suis allée voir ma mère, mais elle m'a dit que je l'avais bien cherché et que je devrais rentrer chez moi et me la fermer. »

Il n'y a pas d'excuse pour les mauvais traitements!

Ce n'est pas de votre faute.

« Il a dit que je l'ai provoqué, et je l'ai cru. »

Date de modification :