Examen du rôle de la médiation pour les aînés dans la prévention de la maltraitance des aînés

Section 2 — La médiation pour les aînés en pratique

Une étude a été menée pour déterminer si la pratique de la médiation pour les aînés connaissait un essor dans d'autres pays, si son utilisation s'appliquait aux situations où la maltraitance ou la négligence envers les aînés était réelle ou présumée et si la pratique de la médiation pour les aînés était considérée comme ayant un effet préventif sur cette maltraitance. Dans la plupart des pays, il semble qu'il y ait une certaine médiation dans les cas de problèmes liés à l'âge, mais il arrive souvent qu'on ne reconnaisse pas encore celle-ci comme un service distinct, mais plutôt comme une variante de la médiation communautaire ou familiale. D'autres pays examinent encore la pratique générale de la médiation. La conférence de l'European Mediation Network Initiative tenue en 2010 a accueilli des conférenciers qui se demandaient encore si la pratique générale de la médiation est reconnue ou non comme une profession.

Certains médiateurs qui ont dit qu'ils s'occupaient de questions liées à l'âge ont indiqué qu'ils n'avaient pas d'expérience dans le domaine de la maltraitance et de la négligence tandis que d'autres ont fait remarquer qu'ils participaient à des programmes de médiation pour les aînés qui permettaient dans une large mesure de recourir à la médiation pour résoudre les problèmes de maltraitance et de négligence.

A. Exemples de médiation pour les aînés au Canada

a. Elder and Guardianship Mediation Project (Colombie-Britannique)

Ce projet consiste en une étude sur deux ans (période qui a maintenant été prolongée) des questions nationales et internationales relatives au recours à la médiation pour les aînés et axée sur la tutelle pour contrer la maltraitance et la négligence envers les aînés. La directrice du projet, Joan Braun, soutient que par suite de la modernisation des lois sur la tutelle des adultes et la planification personnelle au Canada et de la sensibilisation accrue à la maltraitance et à la négligence envers les aînés, la médiation pour les aînés jouera un rôle plus important (Braun et Watts, 2009). Cette étude arrive à point nommé pour plusieurs raisons, dont les nouvelles dispositions de l'Adult Guardianship Act et l'expertise limitée dans le domaine du vieillissement et des questions touchant la tutelle. Au cours d'un atelier organisé par Médiation familiale Canada en octobre 2009, Braun et Watts ont insisté sur la conviction générale des médiateurs que le médiateur ne peut pas à lui seul déterminer la capacité et le moment où l'on peut mettre en doute la capacité d'un adulte de prendre certaines décisions; la médiation servira dorénavant à permettre aux parties d'en arriver à une solution d'un commun accord.

Voici les défis cernés dans le cadre du projet jusqu'à maintenant :

  • une pénurie d'avocats ayant une formation en médiation pour les aînés;
  • le manque de médiateurs thérapeutes ayant une formation juridique;
  • le besoin d'une formation plus spécialisée sur la dynamique de la maltraitance et de la négligence;
  • le besoin d'une formation et d'une sensibilisation supplémentaires sur le vieillissement.

Le projet portera également sur le concept de la formation spécialisée pour déterminer les genres de formation et de compétences dont ont besoin les spécialistes de la médiation pour les aînés. Laura Watts, directrice nationale du Canadian Centre for Elder Law, a indiqué qu'il existe un vaste consensus national et international au sujet du besoin de formation spécialisée concernant les questions relatives aux aînés et de formation en matière de tutelle, de prise de décision au nom d'autrui ainsi que de maltraitance et de négligence envers les aînés. Elle a aussi parlé de la nécessité de la formation concernant les questions de capacité.

Malheureusement, les résultats du projet n'étaient pas disponibles au moment de la rédaction du présent rapport. Lorsqu'ils le seront, le projet devrait aider à créer des ouvrages sur la médiation pour les aînés et axée sur la tutelle, à appuyer les initiatives permanentes dans le domaine de l'éducation juridique privée et publique, à formuler des recommandations modèles en matière de pratique, à effectuer des études sur ces sujets et à montrer le besoin éventuel d'une réforme du droit dans ce domaine (Braun, 2009).

b. Creating a Circle of Care—Respite and Relief Elder Mediation Program (Cornwall (Ontario))

Ce programme novateur et d'avant-garde créé en 2008 avait pour but de valider le recours à la médiation pour les aînés, en tant que moyen pratique d'aider les familles ayant des besoins en matière de relève. Les membres de l'équipe proviennent de la Société Alzheimer, de l'Association canadienne pour la santé mentale, de Tri-County Mental Health et du Centre d'accès aux soins communautaires de Champlain. La crédibilité du projet est assurée par la collaboration, le partenariat et l'expertise des participants au projet — un consultant agréé en médiation pour les aînés et un spécialiste de la médiation pour les aînés à temps plein.

Le programme vise à améliorer la qualité de vie des aidants naturels et à accroître leur autonomie en les aidant à déterminer leurs besoins en matière de relève. Selon Teresa Rivera-Mildenhall, chef du projet et gestionnaire des services à la clientèle, l'objectif fondamental du programme consiste à créer un cercle de soins pour la famille qui s'occupe de leur être cher à domicile. Ces cercles ont pour but :

  • d'offrir une relève aux aidants naturels;
  • de prévenir les admissions prématurées dans les établissements de longue durée pour les personnes souffrant de démence;
  • de prévenir les visites ou l'admission à l'hôpital de l'aidant naturel.

Ce programme offre une solution de rechange au placement dans un établissement de longue durée aux personnes âgées qui désirent demeurer dans leur maison le plus longtemps possible (Rivera-Mildenhall et coll., 2010).

c. La justice réparatrice : une approche curative à la maltraitance des aînés — (Waterloo [Ontario])

Ce projet, qui vise à offrir une possibilité de changement et de guérison aux personnes touchées par la maltraitance des aînés, a été conçu par le Centre d'accès aux soins communautaires de la région de Waterloo (Groh, 2009). La région de Waterloo compte une importante communauté ethnoculturelle, offre le premier programme de réconciliation entre la victime et le délinquant du monde et a un comité régional très actif sur la maltraitance des aînés. La Fondation Trillium de l'Ontario a financé le projet.

Comme l'objectif principal de la justice réparatrice consiste à réparer les préjudices et à rétablir les relations, le Centre a cherché à concevoir des modèles de justice réparatrice. Selon Arlene Groh, chef de l'équipe du projet, après consultation, il a été décidé que le modèle du processus devait être axé sur les incidents, pour permettre à l'équipe de choisir un outil de justice réparatrice convenant à chaque incident.

Comme dans d'autres projets, la formation revêtait la plus grande importance pour son succès. Il a été jugé essentiel que les intervenants soient empathiques, sensibles et bien informés au sujet de la question complexe de la maltraitance des aînés. Par ailleurs, ils devaient être assez informés pour savoir qu'ils ne pourraient pas exprimer leur sensibilité en cherchant à secourir la personne âgée. L'intervenant fait preuve d'humilité, évite de croire qu'il peut répondre à toutes les questions et évite d'imposer des solutions aux personnes touchées par la maltraitance des aînés. Les solutions qui donnent les meilleurs résultats sont celles au sujet desquelles les participants en arrivent à un consensus dans le processus du cercle. La capacité de préparer les participants et la capacité de croire au processus du cercle sont des compétences essentielles des intervenants du cercle et la clé d'un processus du cercle efficace.

Les intervenants contribuent à une approche de la justice réparatrice sensible et réceptive lorsqu'ils :

  • aident le groupe à garder des objectifs clairs et à rester productif en posant les bonnes questions;
  • s'assurent que toutes les personnes présentes sont entendues;
  • veillent à ce que l'entente finale réponde aux besoins pertinents et qu'elle soit applicable,
  • s'assurent que les individus du groupe appuient le contrevenant, tout en dénonçant le comportement incriminé, et établissent un équilibre entre l'éthique des soins et l'éthique de la justice.

Les leçons tirées de ce projet comprenaient la croyance selon laquelle la justice traditionnelle et la justice réparatrice sont essentielles pour contrer la maltraitance des aînés. Aucune approche ou aucun service en particulier ne peut répondre aux besoins complexes des personnes touchées par la maltraitance des aînés (Groh, 2009).

Date de modification :