Rapport d’étape d’Objectif de Justice Canada (décembre 2016)

L’équipe juridique du Canada : C’est le leadership qui compte

Qui sommes-nous?

Nous sommes une équipe d’environ 4 800 professionnels dont près de 70 % sont des femmes et plus de 50 %, des avocats. Un peu plus de 40 % d’entre nous travaillent en région. Les responsabilités du Ministère reflètent le double rôle du ministre de la Justice, qui est également, conformément à la loi, le procureur général du Canada. En termes généraux, le ministre s’occupe de l’administration de la justice, y compris des questions de politiques dans des domaines tels que le droit pénal, le droit de la famille, les droits de la personne et la justice applicable aux Autochtones. En sa qualité de procureur général, le ministre est le premier conseiller juridique de la Couronne chargé de diriger tous les procès au nom du gouvernement fédéral et de faire respecter la Constitution et l’état de droit.

Les juristes figurent parmi les ressources les plus coûteuses de l’administration fédérale. Les mesures prises pour renouveler la fonction publique nous aident à réaliser des gains d’efficience dans la prestation de services juridiques et à utiliser efficacement toutes nos ressources humaines.

Nous sommes également engagés à améliorer continuellement la façon dont nous travaillons en utilisant le dialogue ouvert et la collaboration. Notre défi récent, le #défividéo2020 fait preuve de notre confort croissant avec les nouvelles technologies, la transparence et la rétroaction honnête. Vous verrez des vidéos qui démontrent notre transformation entrecoupées partout dans ce rapport.

Quelles sont nos forces?

Nous maintenons le cap – En se fondant sur la vision de l’équipe juridique du Canada, le Ministère continue de promouvoir le changement et de favoriser l’innovation dans le cadre d’Objectif 2020. 

Nous restons à l’écoute – L’industrie juridique, à l’abri initialement de l’évolution technologique touchant l’ensemble des industries, doit maintenant s’adapter aux transformations qui s’effectuent à un rythme sans précédent. Les nouvelles technologies, comme l’intelligence artificielle, effectuent maintenant des tâches non complexes qu’accomplissait par le passé le personnel des services juridiques, ce qui libère ces ressources pour qu’elles puissent se concentrer sur des tâches complexes. Le ministère de la Justice prend bonne note des technologies révolutionnaires et examine les méthodes, à la fois nouvelles et novatrices, employées pour offrir des services juridiques dans les cabinets d’avocats de toute l’Amérique du Nord et du monde entier.

Nous obtenons des résultats – Le renouvellement de la fonction publique va bon train au ministère de la Justice. Dans le présent rapport, nous montrerons de quelle façon nous créons des milieux de travail respectueux, de quelle manière nous mettons à profit le talent et comment nous renouvelons notre organisation pour produire des résultats concrets et offrir un gouvernement professionnel aux Canadiennes et aux Canadiens. 

Les organisations qui ont un bon rendement se fondent sur des engagements personnels et organisationnels à l’égard du bien-être mental et de la santé

L’établissement de milieux de travail plus sains, sûrs, respectueux et solidaires pour ses fonctionnaires est une priorité du gouvernement du Canada. Le ministère de la Justice, au moyen d’initiatives de santé et de bien-être mental, encourage ses employés à prendre autant soin de leur santé mentale que de leur santé physique. Les gestionnaires et les employés de tout le pays ont accès à la formation et à des renseignements approfondis sur la santé mentale qui sont conçus pour favoriser le dialogue, et ce afin de déstigmatiser les troubles de santé mentale en milieu de travail. Grace aux initiatives suivantes, nous constatons déjà une amélioration au chapitre de la compréhension, de la collaboration, de l’inclusion et du respect.

Photo d'Alexis Ford-Ellis

Je me suis impliqué dans les initiatives de santé mentale et de mieux-être, par nécessité, il y a environ sept ans, lorsque je travaillais dans un bureau régional qui avait une demande d'apprentissage. La sensibilisation à la santé mentale n'était pas la «phrase à la mode» qu’aujourd'hui, et le dialogue ouvert était inexistant. Interdépartementalement, plusieurs d'entre nous se sont réunis et ont fait bouger les choses. Aujourd'hui, la communauté du GC est pleine d'énergie, d'enthousiasme et d'ouverture pour créer des milieux de travail sains partout au Canada et je suis fière d'être à la tête de l'initiative Santé mentale et mieux-être au ministère de la Justice. Je ne peux pas changer le monde d'aujourd'hui, mais chaque jour je me défie d'être le changement que je veux voir dans la santé mentale et le bien-être.

Alexis Ford-Ellis
Directrice, Programme de mieux-être
Le cerveau au travail : stratégie d’apprentissage en santé mentale

Un Canadien sur cinq sera aux prises avec une maladie mentale au cours de sa vie. Or, il est souvent plus difficile de composer avec la stigmatisation entourant la santé mentale que de traiter la maladie comme telle. C’est la stigmatisation qui empêche les gens d’obtenir l’aide dont ils ont besoin.

Le cerveau au travail, cours axé sur l’éducation et conçu pour aborder et promouvoir la santé mentale en milieu professionnel, vise à dissiper les mythes entourant les troubles de santé mentale et à réduire la stigmatisation qui y est associée. Plus de 1 000 personnes (750 employés et 300 gestionnaires) ont suivi cette formation en classe portant notamment sur le spectre de la maladie mentale, la promotion de la santé psychologique et la prévention des blessures psychologiques en milieu de travail.

Groupe consultatif stratégique sur la santé mentale
  • Fournit des conseils et des directives sur le programme de santé mentale du Ministère;
  • participe à l’élaboration et à la mise en œuvre des initiatives de santé mentale au niveau de l’organisation;
  • signale les problèmes systémiques ou organisationnels et élabore des solutions pour les régler;
  • vise à sensibiliser et à éduquer;
  • fournit du soutien et des conseils aux ambassadeurs de la santé mentale et à d’autres intervenants clés.
Réseau des ambassadeurs de la santé mentale

Le Réseau a été créé pour servir d’intermédiaire aux régions, aux directions générales et aux secteurs qui appuient les gestionnaires dans le cadre des activités de la campagne Je ne me reconnais pas, et pour soutenir le Groupe consultatif. À ce jour, 30 ambassadeurs de la santé mentale sont en fonction dans l’ensemble du Ministère.

Photo de Gwen Borowski

Je me suis portée volontaire pour devenir ambassadrice parce que je crois réellement que l’on pourrait en faire beaucoup plus pour accroître la sensibilisation dans le milieu de travail. J’espère sincèrement que cette campagne nous aidera à mieux nous rendre compte qu’il faut s’entraider. Comme je travaille en région, je profite aussi de mon rôle pour rencontrer des collègues de tout le pays.

Gwen Borowski,
Ambassadrice de la santé mentale, Edmonton
Campagne Je ne me reconnais pas

Dévoilée le 5 octobre 2016, la Campagne Je ne me reconnais pas vise à aider les employés à mieux comprendre leur propre santé mentale, à réduire la stigmatisation et à favoriser un milieu de travail ouvert, sûr et solidaire. Les agents négociateurs qui représentent les employés du ministère de la Justice y participent également (AJJ, AFPC, IPFPC, ACEP et ACAF).

L'image d'une gamme de boutton avec une description écrit sur chaque boutton. (p. ex. Joyeux, Calme,  Impatient, Craintif et Je ne me reconnais pas)

Des affiches et des macarons affichant différents états mentaux (p. ex. Joyeux, Calme, Impatient, Craintif et Je ne me reconnais pas) ont été remis aux ambassadeurs de tout le pays en vue de leur distribution aux gestionnaires et aux employés. Ils servent à amorcer un dialogue sur la santé et la maladie mentales en milieu de travail. À noter que plusieurs employés ont tendance à choisir des macarons « positifs », ce qui peut signifier que notre milieu de travail est sain ou, au contraire, qu’il faut en faire plus pour réduire la stigmatisation.

Défis MarcheSanté – des collectivités virtuelles pour un esprit et un corps sains

Des centaines d’employés d’un peu partout au pays ont participé au défi #MarcheSanté, une série d’activités organisées pour faire connaître le mieux-être mental. Les premières activités ont eu lieu au début de 2016. Il s’agit de façons stimulantes de parler de santé mentale, de renforcer les liens avec les collègues et de s’adonner à des activités physiques. Grâce à l’espace de travail numérique, les employés du Ministère ont pu suivre leurs progrès, célébrer les étapes clés et transcender les frontières géographiques.  

Ainsi, les employés du Portefeuille de la sécurité publique, de la défense et de l’immigration (SPDI) ont marché collectivement 100 000 km.

Photo de Kristine Allen

Alors que l’objectif était de marcher virtuellement sur la route Transcanadienne sur une distance de 5 948 km, soit l’équivalent de Halifax à Vancouver, les participants ont réussi à franchir cette distance plus de DIX-SEPT FOIS. Les commentaires des employés de la SPDI ont été extrêmement positifs, plusieurs indiquant que l’activité #MarcheSanté les avait incités à intégrer de saines habitudes de vie à leur routine quotidienne ainsi qu’à améliorer leur bien-être personnel, leur culture de travail et leurs rapports avec leurs collègues. L’utilisation, par les participants au défi, de l’espace de travail numérique, plateforme de média social interne et libre sur SharePoint, a entraîné un avantage supplémentaire pour le Ministère puisque certains employés ont découvert de nouveaux outils leur permettant d’afficher des photos, d’identifier des collègues ainsi que de créer et suivre des mots-clics : un exemple parfait d’expansion de la culture des médias sociaux. Le défi #MarcheSanté de la SPDI sur la Transcanadienne a été un tel succès que les membres du Portefeuille songent à en faire une activité annuelle.

Kristine Allen,
Sous-ministre adjointe déléguée (intérimaire), Portefeuille de la Sécurité publique, de la défense et de l’immigration
Une capture d’écran d’une conversation qui a eu lieu sur un résau média social. Une employée a affiché un commentaire et trois employée uniques ont affiché une réplique.
Outil de réaménagement des horaires de travail

Le Comité consultatif sur les femmes au ministère de la Justice et la Direction générale des ressources humaines ont conçu un outil pour soutenir les conversations portant sur le réaménagement des horaires de travail. À l’aide de questions pratiques et de conseils utiles, l’outil guide les employés et les gestionnaires en suggérant des solutions de rechange originales pour répondre aux besoins de l’employé, notamment en ce qui a trait à la conciliation travail-vie et la santé mentale.

Que nous enseignent ces initiatives?
  • Une plateforme ouverte et accessible, comme l’espace de travail numérique, favorise les conversations et la mise en commun des idées, ce qui est essentiel pour assurer un dialogue ouvert et continu.
  • La communication constante avec les employés et la collaboration avec les différents intervenants sont essentielles.
  • Pour soutenir la mobilisation, il importe de souligner les réussites – les petites comme les grandes – rapidement et souvent.  

Protéger nos efforts de recrutement par l’accueil et l’intégration

Programme d’excellence pour les avocats (PEA)

Ce programme soutient le recrutement, la formation et le maintien en poste de stagiaires en droit brillants et engagés de partout au pays. Il garantit aussi l’accès du Ministère à un bassin de candidats au niveau d’entrée de grande qualité aux horizons divers pour satisfaire ses besoins de recrutement de juristes à court et à long terme. Pour atteindre ces objectifs, nous offrons aux participants au PEA un mentor attitré qui leur donne des avis professionnels et du soutien.

Les participants apportent une grande diversité de compétences, de connaissances et d’expérience. Leur passion pour le droit n’a d’égal que leur passion pour la fonction publique. En sélectionnant un bon mélange de candidats chaque année, nous cherchons activement des participants qui pourront devenir les meilleurs avocats du Ministère. L’accent n’est pas mis sur ce qu’ils ont fait, mais sur ce qu’ils pourront réaliser au Ministère en tant qu’experts en droit constitutionnel, par exemple, ou comme conseillers juridiques supérieurs en matière de politique dans des domaines juridiques nouveaux ou en évolution comme la légalisation de la marijuana et la croissance rapide des technologies, entre autres.

Photo d'Ian Medcalf

Mon experience du PEA m’a permis d’acquérir une idée du rôle central que joue le Ministère de la Justice dans les opérations du Gouvernement du Canada. Tout au long de mon temps ici au ministère de la Justice, j’ai bénéficié à la fois du point de vue général du ministère ainsi que des contacts que j’ai développés pendant mon séjour au sein du PEA. Après avoir été transféré au Bureau du droit commercial en tant que conseiller juridique, j'ai été très heureux de participer à des litiges commerciaux de grande envergure et à des négociations. Alors que j'étais en faculté de droit, je n'aurais jamais imaginé que je pourrais m'engager dans le type de travail que le PEA m'a permis de poursuivre.

Ian Medcalf
Avocat, Direction générale du droit commercial international

Ce qui distingue ce programme de recrutement des autres, c’est que les étudiants arrivent en groupes de 5 à 15 de partout au pays, formant ainsi leur propre microcommunauté. Ils se soutiennent mutuellement et discutent de leurs expériences d’apprentissage pendant leurs affectations par rotation au Ministère, où ils oeuvrent dans différents domaines du droit.

Outre le recrutement et l’embauchage de stagiaires en droit au moyen du PEA, nous participons aux programmes de stages administrés par les facultés de droit des universités locales. Ces programmes permettent aux étudiants en droit de deuxième ou de troisième année d’acquérir une expérience de travail pratique et d’obtenir des crédits universitaires. Les stagiaires travaillent dans différentes sections incluant le contentieux fiscal, les droits de la personne et les unités des services juridiques ministériels. En règle générale, ils sont intégrés dans une section et doivent accomplir des tâches leur permettant d’acquérir des connaissances pratiques. Plus de 150 étudiants ont participé au programme au cours des cinq dernières années. Plusieurs d’entre eux ont par la suite présenté une demande aux termes du PEA, obtenu des postes de stagiaires et, ultimement, accédé à des postes d’avocats au Ministère.

Élaboration de la stratégie visant la communauté de parajuristes

Le nouveau Centre de services parajuridiques met en place une stratégie pour renforcer la communauté de parajuristes par la mise en œuvre d’un programme de formation continue à l’intention des parajuristes afin de favoriser l’apprentissage, l’adoption des technologies et la création d’un réseau dynamique. L’objectif est que les parajuristes jouent un rôle plus proactif dans la prestation des services juridiques ministériels. Par exemple, un projet pilote d’une durée de 6 mois est en cours dans le cadre duquel les parajuristes représentent des ministères clients dans des dossiers litigieux devant le Tribunal de la sécurité sociale, un rôle auparavant réservé aux avocats. 

Salle d’audience mobile

En aidant les avocats plaidants à préparer des observations et à les présenter par voie électronique lors de procès, nous leur permettons de gagner en efficacité, d’évoluer constamment et d’innover en matière de prestation de services juridiques. Dans le cadre de procès électroniques, les avocats affichent des éléments de preuve sur un ensemble d’écrans dans la salle d’audience, plutôt que d’utiliser des documents papier. Le fait de collaborer avec les tribunaux et les autres parties nous permet d’acquérir une expérience précieuse en ce qui a trait à l’équipement portatif et aux différents logiciels conçus pour produire des documents en salle d’audience. Au moyen de ce projet de salles d’audience mobiles, on évaluera comment il est possible de réduire l’utilisation du papier et d’améliorer l’environnement de travail des avocats plaidants du ministère de la Justice grâce au recours à de nouvelles technologies efficaces.

Recours à l’analytique pour soutenir les résultats fondés sur des preuves

Centre d’expertise du ministère de la Justice en matière d’analytique avancée

Le Centre se consacre au travail d’analyse (opérationnel et juridique), à la coordination des besoins de renseignements et de procédés, et à la conception d’outils et de systèmes pour l’analytique d’affaires. De nouvelles approches en matière d’analyse et de systèmes sont à l’essai. Elles ont permis :   

  • de concevoir et de mettre en place un système ministériel d’analytique d’affaires;
  • de mesurer le rendement des services et de cerner les secteurs à améliorer; d’obtenir des rapports analytiques intégrés et de mieux comprendre l’état des activités et les évaluations de rendement dans le contexte de la prise de décision et de la planification stratégique.

Pour conclure, la feuille de route de l’analytique est conçue pour habiliter le Ministère à prendre des décisions éclairées, rapides et judicieuses fondées sur des preuves. Pour soutenir la prise de décision fondée sur des données probantes :

  • une plateforme améliorée des technologies de l’information est en voie d’élaboration, malgré une fois de plus des fonds très modestes;
  • la mesure du rendement devrait faire partie des considérations de gestion quotidiennes.
Photo de Toundjer Erman

L’approche fondée sur l’analytique constitue une méthode efficace et efficiente qui présente un énorme potentiel pour l’élaboration de nouvelles idées, pour la résolution de questions pointues, pour l’intégration d’une perspective des affaires et pour l’amélioration du rendement organisationnel.

Toundjer Erman
Directeur, Centre d’expertise en matière d’analytique avancée
Des résultats significatifs pour les Canadiens

En juillet 2016, Stan Lipinski a été nommé dirigeant principal des résultats et de l’exécution. Il sera chargé de l’élaboration du cadre de mise en œuvre des résultats fondés sur les preuves et agira à titre de gardien de ce cadre, qui doit aider le Ministère à obtenir des résultats significatifs pour les Canadiens. À ce nouveau rôle, il devra aussi aider les dirigeants du Ministère à réaliser les engagements pris dans la lettre de mandat de la ministre, et les mettre au défi de contribuer à ces travaux.

M. Lipinski doit rendre compte des progrès du Ministère au sous-ministre et au Bureau du Conseil privé après avoir effectué le suivi de notre rendement de concert avec ses collègues de tout l’organisme. Il représentera aussi Justice Canada au sein du nouveau réseau interministériel des dirigeants principaux des résultats et de l’exécution. Ce réseau veille à assurer l’engagement et la collaboration lors de la mise en œuvre des priorités pangouvernementales approuvées par le nouveau Comité du Cabinet chargé du programme gouvernemental, des résultats et des communications, comité présidé par le premier ministre.

Photo de Stan Lipinski

J’aime cette nouvelle façon de travailler à mettre en place l’équipe juridique du Canada. J’aime surtout lorsque nous travaillons côte à côte – au sein d’une équipe comportant des juristes comme d’autres employés – pour atteindre des objectifs communs. Je me réjouis à la perspective de relever ce défi et de réaliser de grandes choses avec votre aide.

Stan Lipinski
DG, Section de l’intégration et de la coordination de la politique, Secteur des politiques et dirigeant principal des résultats et de l’exécution

Promouvoir l’ouverture, faciliter la transparence et soutenir l’innovation pour transformer la prestation des services juridiques.

Partage par défaut

Justice prend une approche proactive en libérant l’information au public, y compris des documents de breffage ministériels en appuyant l’approche « partage par défaut » comme nous a dirigé le bureau de l’AIPRP. A partir de 2017, le ministère de la Justice publiera de façon proactif les titres des documents de breffage sur leur site internet.

Justipédia – faciliter une culture d’ouverture

Justipédia est une plateforme en ligne permettant aux juristes du Ministère d’afficher des documents ministériels en vue d’aider les autres conseillers juridiques de Justice Canada. Cette approche de collaboration s’inscrit dans les principes de la Directive sur le gouvernement ouvert établir par le Secrétariat du Conseil du Trésor. En moyenne, près de 2 370 utilisateurs ont enregistré plus de 12 000 fichiers dans Justipédia par trimestre en 2015-2016, soit environ 230 documents par semaine. Cela représente une augmentation de plus de 58 % par rapport à l’année précédente. La consultation des fichiers s’est par ailleurs accrue de 16 % pour la même période. C’est assez remarquable étant donné que beaucoup de difficultés traditionnelles, par exemple les renseignements protégés et les dossiers fermés, typiques des milieux juridiques, ont pu être considérablement aplanies en moins de trois ans. 

Espace de travail numérique à Justice Canada

En l’espace de 18 mois, le passage à un espace de travail numérique à Justice Canada a atteint un seuil critique selon la théorie de la diffusion des innovations d’Everett Rogers. Avec près de 2 100 employés qui utilisent 112 sites de collaboration, de nouvelles façons de mettre l’information en commun, de collaborer et d’innover voient le jour quotidiennement. L’an prochain, l’espace de travail numérique sera lié à GCDocs, site principal des renseignements du Ministère et outil puissant de mise en commun des idées. Ça se joindrai aussi au nouveau système de gestion de cas de Justice, se qui donnera mènera à une vraie plateforme d’information intégrée pour les employés de Justice.

Salle d’audience mobile
PPhoto d'un grand écran au fond et deux plus petits écrans et un clavier, tous sur un comptoir.

En aidant les avocats plaidants à préparer des observations et à les présenter par voie électronique lors de procès, nous leur permettons de gagner en efficacité, d’évoluer constamment et d’innover en matière de prestation de services juridiques. Dans le cadre de procès électroniques, les avocats affichent des éléments de preuve sur un ensemble d’écrans dans la salle d’audience, plutôt que d’utiliser des documents papier. Le fait de collaborer avec les tribunaux et les autres parties nous permet d’acquérir une expérience précieuse en ce qui a trait à l’équipement portatif et aux différents logiciels conçus pour produire des documents en salle d’audience. Au moyen de ce projet de salles d’audience mobiles, on évaluera comment il est possible de réduire l’utilisation du papier et d’améliorer l’environnement de travail des avocats plaidants du ministère de la Justice grâce au recours à de nouvelles technologies efficaces.

Le #HUB
Panorama aérien du Hub en forme de "S" dans un espace ouvert.

Grâce à la prise de décision concertée d’une petite équipe du personnel du Ministère chargé de la technologie et de l’aménagement, un nouvel espace appelé le #HUB a été aménagé dans la bibliothèque de la région de la capitale nationale.

Un photo d'une foule qui écoutant une présentatrice qui est debout devant un panneau du Hub.

Le #HUB est un exemple d’espace de collaboration – la validation de principe de diverses solutions d’aménagement et de solutions technologiques. Il comprend cinq zones qui peuvent être employées en tant qu’espaces pour réunions ou ensemble comme espace de collaboration. Le #HUB a été conçu dans un espace de la bibliothèque de la RCN pour tirer avantage d’un atrium déjà très beau et d’un espace de rencontre commun. Il offre un endroit sûr où les employés peuvent mettre à l’essai de nouvelles technologies de présentation et de collaboration.

Lancé en juin 2016, le #HUB est devenu un espace convoité où tenir autant des réunions de deux à trois personnes que de grandes activités comme celles de la Semaine nationale de la fonction publique ou le lancement de la Campagne de charité en milieu de travail du gouvernement du Canada. L’environnement de travail numérique permet aux groupes de collaborer en ligne avec leurs collègues des régions, de discuter de leurs idées en personne en mettant l’écran de leur ordinateur portable à la disposition de leurs collègues ou encore, comme à la vieille école, de griffonner sur un tableau blanc autour d’un espace de travail.    

Conseil de l’innovation du ministère de la Justice

Douze membres. Seize grandes idées. Deux projets. Un an.  

Le Conseil de l’innovation a réussi à faire changer les choses dès la première année de son mandat. En mars 2016, les membres du Conseil ont reçu l’approbation du comité exécutif pour mettre en œuvre l’initiative #DemandezMoiNimporteQuoi et un centre de formation numérique – la concrétisation d’idées retenues après de l’examen de 1 200 suggestions recueillies lors d’activités tenues à l’occasion d’Objectif 2020.

Photo de Caroline Simard

L’innovation et le domaine juridique, un mariage réussi? L’un se définit par les changements alors que l’autre est construit à même les traditions. Pourtant, le Conseil de l’innovation offre une plateforme au sein du ministère de la Justice pour réussir une telle alliance. Nos actions visent à améliorer les processus et le milieu de travail afin d’offrir ultimement de meilleurs services à la population canadienne. Sur une base personnelle, cette opportunité me permet de collaborer avec une équipe de membres élus passionnés et compétents qui, comme moi, se sentent interpellés par leur rôle d’agent de changement au sein de Justice. Grâce à cette expérience, j’ai le sentiment de mieux saisir l’ampleur des défis pour tendre vers ce ‘ministère de la Justice idéal’ et de contribuer à le modeler.

Caroline Simard,
membre du Conseil de l’Innovation, et avocate pour le portefeuille du droit et des affaires et du droit réglementaire
#DemandeMoiNimporteQuoi (#DMNQ) pour la haut gestion
Une capture d’écran d’une conversation qui a eu lieu sur un résau média social ou une employée a affiché une question et le Sous-ministre a affiché une réplique.

#DMNQ annonce une nouvelle ère de mobilisation employés-cadres. Au moyen de l’environnement de travail numérique, un outil de collaboration SharePoint offert à tous les employés du Ministère, les cadres animent des séances #DemandeMoiNimporteQuoi d’une

heure durant lesquelles les employés peuvent soulever n’importe quel sujet. D’ici la fin décembre, six cadres, y compris notre sous-ministre et notre nouvelle sous-ministre déléguée principale, auront animé des séances. #DemandeMoiNimporteQuoi permet un degré de mobilisation élevé à tous les échelons, facilite un dialogue ouvert et transparent sur des sujets d’intérêt qui touchent le Ministère, et accroît le recours aux nouveaux outils de libre accès. 

Centre de formation numérique

Le centre de formation numérique est un outil en ligne qui vient appuyer les nouveaux modes d’apprentissage. Alimenté par les didacticiels et le matériel de formation créé par les employés, le centre offrira un espace commun pour la mise en commun, la recherche et le suivi d’outils de formation, par exemple des trucs pour la gestion de projets du domaine juridique ou l’utilisation de SharePoint et d’Excel.

Accroître l'accessibilité

Le services legislatifs, en collaboration avec le comité consultatif des personnes handicapées, a développé un outil pour améliorer l'accessibilité en permettant aux visiteurs de configurer les éléments visuels en fonction de leurs besoins en matière d'accessibilité sur le Site Web de la législation (Justice) (avec une moyenne de plus de 40,000 visites par jour).

Un groupe à table avec des pièces de Lego.
« Lego Serious Play »

Au début de 2016, le personnel du Secteur de la politique, à la Direction générale des programmes, s’est réuni dans le cadre d’une journée de réflexion qui incluait un atelier de promotion du travail d’équipe à l’aide de modèles 3D.

Cet atelier interactif, qui a fait appel à la méthode Lego Serious Play, a combiné des procédés de raisonnement autoréflectif constructifs à des possibilités d’apprentissage, de mise en commun et de collaboration en groupe. Les activités ont permis aux collègues de réfléchir, puis de construire un modèle 3D de leur rôle au sein de l’équipe et de la Direction générale, ainsi que de l’interaction entre les différentes équipes de la Direction. Dans un cadre propice et détendu, des discussions ont été tenues sur les informations utiles relatives aux valeurs et aux forces communes ainsi qu’aux améliorations à apporter.

Une petite structure de Lego, décrite çi-dessous
«Je fais beacoup»
Une petite structure de Lego, décrite çi-dessous
«Ce pont représente toute les relation que j’avais à établir quand je me suis joint à l’équipe.»
Une petite structure de Lego, décrite çi-dessous
«Ceci represente le dossier dans lequel je travail actuellment – Les Adolescents en isolement. J’espère améliorer le système".

Ouverture à la collaboration et l’innovation dans la fonction publique

DigiFest

DigiFest est une activité d’apprentissage coopératif visant à faciliter le développement des compétences des communicateurs. Lancée par Justice Canada en partenariat avec le Service correctionnel du Canada, le ministère des Finances et le Bureau de la collectivité des communications, DigiFest est un bel exemple de collaboration ouverte dans l’ensemble de la fonction publique.

L’activité vise à habiliter les communicateurs fédéraux à demeurer alertes dans un environnement de communications numériques par défaut. Au moyen de la ludification, les communicateurs ont participé à des épreuves d’habiletés en équipe, en temps réel, pour développer une expertise de la prestation de communications juste à temps dans un monde numérique tout en prenant connaissance de la nécessité de simplifier les processus, de tolérer le risque et de stimuler la participation en ligne. Cet environnement basé sur la technologie a facilité la collaboration, l’adaptabilité et l’apprentissage en commun avec d’autres ministères et organismes pour tenir compte de l’évolution du paysage médiatique d’aujourd’hui. DigiFest a reçu un prix de distinction GTEC (Conférence et exposition sur la technologie dans l’administration gouvernementale) en 2016.

« 24h Chrono »
Un infographique du "24 h Chrono" pour le projet de loi C-16

« 24h Chrono », outil d’analyse du contexte public qui intègre des plateformes de série et de médias sociaux se rapportant aux grands enjeux en cause dans un document visuel unique, a été mis en œuvre.

À l’aide de cette technologie, nous pouvons recueillir des données en temps réel sur le contexte public dans l’environnement médiatique et produire un court bilan facile à lire destiné aux cadres du Ministère. Le bilan présente des données récapitulatives dans un résumé graphique, ce qui permet au lecteur d’en saisir les éléments clés d’un seul coup d’œil.

« 24h Chrono » est une approche systémique pour découvrir, comprendre et utiliser les connaissances tirées des conversations sur les médias traditionnels et sociaux en vue d’atteindre nos objectifs de communication dans un environnement en rapide évolution. À mesure que les connaissances s’étoffent et sont mises en commun dans l’ensemble du Ministère, nous améliorons notre capacité de comprendre et de nous adapter aux nouvelles attentes des Canadiens et des Canadiennes à l’égard de la mobilisation et des communications du gouvernement, notamment en ce qui a trait à l’établissement et au développement d’un dialogue dans un contexte de médias actifs en tout temps.

Nouvel esprit de collaboration avec les Canadiens et les Canadiennes

Comité externe sur l’aide médicale à mourir

Le Secteur des politiques a reçu le mandat de former un comité externe sur l’aide médicale à mourir pour étayer la réponse du gouvernement face à l’arrêt de la Cour suprême du Canada qui invalidait un passage du Code criminel interdisant l’aide médicale à mourir.

Vidéo sur les enjeux de la famille, des enfants et des adolescants

L’équipe des Communications a produit une vidéo pour la page YouTube de Justice Canada qui présente aux Canadiens et aux Canadiennes une gamme d’outils et de produits de justice familiale gratuits offerts sur le site Web du Ministère. Lancée en mai 2016, la vidéo communique également des messages et des renseignements clés concernant les questions juridiques et les responsabilités liées à une séparation ou un divorce, y compris l’importance de mettre l’accent sur l’intérêt supérieur des enfants.

C’est la première fois que le Ministère utilise l’animation dans un moyen de communication destiné au public. La vidéo comprend deux adresses URL, www.Canada.ca/droit-de-la-famille et www.Canada.ca/family-law, qui mènent les Canadiens directement à la page de renvoi du droit de la famille du site Web Canada.ca, où l’on peut trouver les documents d’information en droit de la famille les plus récents, classés par sujet.

Section du droit privé international – Série d’ateliers

Cette série d’ateliers, organisée conjointement par l’Association du Barreau canadien et le ministère de la Justice, offre une occasion unique aux juristes, aux universitaires, aux membres de la profession juridique et autres membres de la communauté juridique canadienne qui s’intéressent au développement international d’en apprendre davantage sur les initiatives en cours, les réussites et les leçons apprises en droit. L’atelier de cette année a porté sur les défis de l’habilitation juridique des plus démunis qui habitent dans les pays en voie de développement et en transition, et sur les solutions novatrices à adopter pour garantir l’accès à la justice dans les situations complexes.

Section de la politique en matière de droit pénal – Semaine nationale de sensibilisation aux victimes d’actes criminels

Nous avons dirigé la onzième Semaine nationale de sensibilisation aux victimes d’actes criminels, au cours de laquelle notre ministre, l’honorable Jody Wilson-Raybould, et le secrétaire parlementaire, Sean Casey, ont pris part à trois symposiums fédéraux (Ottawa, Vancouver et Halifax). D’autres activités et projets ont été organisés à l’échelle du pays grâce au financement fourni par le Fonds d’aide aux victimes fédéral. Cette année, plus de 1,2 million de dollars ont été octroyés dans le cadre de 182 activités liées à la Semaine nationale de sensibilisation aux victimes d’actes criminels : ateliers, activités publiques, séances de formation pour les professionnels, etc.

À gauche, une bannière avec plusieures bulles de parole avec l'une  que ce figure au plein milieu. Dans celle-ci est écrit "The Power of our  Voices". À droite, la Ministre Jody Wilson-Raybould qui parle derrière un  podium.

Pourquoi faisons-nous ce travail?

Le ministère de la Justice maintient une tradition d’excellence, et notre réussite dépend de notre effectif. Nous avons récemment modifié notre structure organisationnelle dans le but de soutenir l’intégration, l’uniformité des procédures ainsi que l’amélioration continue de la réalisation de notre mandat. Celui-ci n’a pas changé. Il y a des décennies que nous nous adaptons et que nous évoluons au fil des recommandations, des stratégies et des études. Cette capacité d’adaptation et d’évolution a contribué à notre pertinence et à notre réussite continues au service du gouvernement et les Canadiens. Notre état de préparation permanent actuel et futur continuera à bien nous servir.

Comment atteindrons-nous nos objectifs?

Nous sommes l’équipe juridique du Canada, ce qui veut dire beaucoup plus que de s’exprimer d’une seule voix. Nous devons pouvoir puiser dans un bassin commun de connaissances et d’expertise, et pouvoir faire confiance à nos collègues. Nous devons travailler ensemble dans un esprit de confiance, de respect et d’intégrité pour parler d’une seule voix au nom du gouvernement du Canada. Il ne suffit pas d’offrir des services en réponse aux besoins des clients. Dans les faits, la prestation efficace de services consiste à aider les clients à devenir autonomes, à gérer la demande et à proposer un amalgame de ressources novatrices pour servir avec excellence. Afin d’optimiser les ressources, nous établissons des centres d’excellence et avons de plus en plus recours aux équipes virtuelles, ce qui nous donne la souplesse nécessaire pour faire correspondre les ressources avec les priorités pangouvernementales et nous permet de cibler les problèmes clés en mobilisant l’expertise.

Pour atteindre l’excellence, nous continuerons de collaborer de près avec nos clients et d’innover lorsque nous élaborons de nouvelles démarches pour présélectionner, trier, rediriger et classer les demandes de services juridiques. Notre travail sera assujetti à des mesures du rendement, et nous nous appuierons de plus en plus sur les analyses organisationnelles. Cela se fera de façon stratégique, et nous exploiterons des données probantes pour formuler des normes et des pratiques exemplaires éclairées, ainsi que pour prendre des décisions éclairées. Le recours aux analyses organisationnelles nous aidera à relever et à comprendre nos forces ainsi que les éléments qu’il nous faut améliorer. L’analyse continue nous aidera également à cerner les tendances qui alimenteront les discussions stratégiques, entraînant à leur tour des améliorations dans nos méthodes de travail et menant à des gains d’efficacité sur le plan du droit, des politiques, des programmes, de la gestion et du leadership.

Pour que le Ministère réussisse à mettre en œuvre nos priorités, nous devons miser sur un effectif qui met en commun les renseignements et les idées de manière ouverte, collaborative et numérique. Les connaissances sont notre principal atout. Nous ne sommes plus à l’époque où les opinions étaient verrouillées sur nos disques durs et dans nos classeurs, et diffusées uniquement avec une autorisation. Notre valeur par défaut est la mise en commun des renseignements. Nous continuerons d’investir dans la technologie, dans nos plateformes et dans nos outils pour accroître la cohérence et l’efficience, et faciliter l’innovation. Nous continuerons d’accorder une grande valeur aux employés en leur permettant de réaliser leur potentiel et en leur offrant des possibilités significatives. Nous appuierons l’innovation et la créativité chez nos employés et reconnaîtrons réellement leurs réalisations et leurs contributions. 

À quoi ressemble l’avenir du ministère de la Justice?

L’équipe juridique du Canada bâtit le ministère de la Justice de l’avenir en valorisant les contributions, en misant sur l’excellence et en tirant parti des connaissances, de l’expertise et des capacités communes. Les changements opérationnels survenus récemment constituent une occasion de collaborer et de créer l’organisation que nous souhaitons. Nous nous soutiendrons mutuellement dans le contexte de la mise en œuvre de nouvelles façons de travailler et de l’adoption de nouvelles technologies. Nous nous mettrons au défi les uns les autres afin de dépasser le statu quo et de viser l’excellence grâce à des approches cohérentes, efficaces et novatrices. L’heure du leadership collectif, de l’innovation et de la réflexion avant-gardiste est arrivée. Nous nous efforçons de nous acquitter de notre mandat et de construire une organisation forte pour que le Ministère demeure pertinent, moderne et souple – un chef de file de la profession juridique. Le leadership à tous les niveaux est important.

Date de modification :